Le livre numérique en bibliothèque au Québec : quelles expériences d’emprunt et de lecture ?

Malgré des pratiques culturelles numériques répandues (MCCQ, 2016 ; CEFRIO, 2016 et 2019), le livre numérique (LN) occupe, autant du point de vue économique que du point de vue social, une place marginale au Québec (Labrousse et Lapointe, 2021). La fermeture « physique » plus ou moins prolongée des bibliothèques publiques, en lien avec la pandémie de COVID-19 en 2020, pourrait cependant avoir favorisé non seulement l’utilisation accrue du LN par les lecteurs l’utilisant déjà, mais aussi son adoption par plusieurs lecteurs habituels de livres papier. En France, l’étude qualitative de l’Institut français d’opinion publique (IFOP, 2014) sur les perceptions et usages du LN confirme l’attrait des étudiants envers les livres numériques pour la technicité des pratiques de recherche. Ces fonctionnalités peuvent cependant varier d’un support de livre numérique à l’autre. Ce nouvel engouement pour le LN en bibliothèque quant aux expériences d’emprunt et de lecture des lecteurs demeure toutefois peu exploré du point de vue des bibliothécaires. Une enquête menée dans une approche inductive auprès d’une cinquantaine de bibliothécaires à l’automne 2020 révèle plusieurs avantages fonctionnels appréciés du LN : la quasi-simultanéité entre l’acquisition par la bibliothèque et sa disponibilité à l’emprunt, la quasi-simultanéité entre la demande d’emprunt du LN et sa disponibilité à la consultation, l’accès à distance au contenu (en voyage par exemple), l’accès en tout temps au contenu, le stockage, l’absence de risque de perte, bris ou frais de retard et la possibilité de consulter des documents rares ou anciens en version numérisée, documents peu accessibles autrement. Alors que la première expérience serait déterminante pour les nouveaux lecteurs, des avantages d’accessibilité peu exploitables et d’importantes contraintes techniques d’accès au premier « prêt » numérique sont toutefois présents. Nos résultats montrent également qu’en bibliothèque publique, les lecteurs de livres numériques seraient avant tout des grands lecteurs, au sens de lecteurs réguliers, de livres numériques comme de livres papiers. Nous constatons que des lecteurs utilisent autant les versions papier que numériques, selon les situations. Les lecteurs lisant exclusivement des livres numériques seraient présents en bibliothèque, mais encore peu nombreux en bibliothèque publique. Le portrait en bibliothèque universitaire semble différent. La lecture de livres numériques y serait plutôt une lecture “d’usage académique”, constituée principalement d’ouvrages de référence, de journaux et d’articles scientifiques.

Panélistes

Marie-Claude Lapointe
CPI 2021 - Vendredi 5 novembre - 13:30, Salle OCLC
Jason Luckerhoff
CPI 2021 - Vendredi 5 novembre - 13:30, Salle OCLC
Christelle Pelbois
CPI 2021 - Vendredi 5 novembre - 13:30, Salle OCLC