La gestion de l’information dans une perspective ouverte : un nouveau “contrat”?

Les développements spectaculaires engendrés par le numérique amènent de nos jours les institutions publiques à faire preuve d’une meilleure ouverture envers les citoyens. Celle-ci se veut à la fois (1) politique (gouvernement ouvert : open government), misant sur la transparence, la participation et la collaboration citoyenne, (2) institutionnelle (gouvernement en ligne : e-government), reflétant la mise en ligne de l’information sur les services publics et l’amélioration de la qualité de ceux-ci, et (3) technologique incarnant la libération des données gouvernementales ouvertes (open government data) sous une forme réutilisable par les citoyens. L’ouverture, dans ses trois dimensions, commande dès lors une gestion de l’information dans une perspective ouverte, où une pluralité d’acteurs collaborent afin d’améliorer la qualité de l’information, à la fois sur le plan archivistique (authenticité, fiabilité, intégrité, exactitude, intelligibilité), communicationnel (pertinence, actualité, découvrabilité) et technique (interopérabilité, sécurité). Or, ces acteurs, lesquels sont représentés par les propriétaires (dirigeants, responsables d’accès, officiers de gouvernance, etc.), les concepteurs (les archivistes, les gestionnaires de documents, les spécialistes en technologies de l’information, les communicateurs, etc.) ainsi que les usagers internes (les agents administratifs) et externes (le grand public), ne possèdent pas les mêmes attentes envers l’information et ne poursuivent pas les mêmes finalités (Oliveira et al., 2019). Cela traduit la nécessité de se doter des mécanismes de gouvernance et de régulation (Kooper et al., 2011 ; Smallwood, 2019), conférant à chaque acteur une certaine légitimité dans ce contexte collaboratif. Peut-on penser à un contrat illustrant la réinvention de la gestion de l’information numérique ? Si oui, quelles en sont les règles ? Quels sont les contextes qui influencent leur mise en application ?  Cette communication rend compte d’un projet de recherche doctorale autour de cette problématique : nous y présentons les grandes lignes du projet, le cadre théorique ainsi que l’approche méthodologique adoptée.

Sources citées :

  1. Kooper, M.N., Maes, R. et Ross Lindgreen, E.O. (2011). On the governance of information: introducing a new concept of governance to support the management of information. International Journal of Information Management, 31(3), pp. 195-200
  2. Oliveira, S., Barros Lima, G. et Loscio, F. (2019). Investigations into data ecosystems : a systematic mapping study. Knowledge and information systems, 61, 589-630. https://link.springer.com/article/10.1007/s10115-018-1323-6
  3. Smallwood, R. (2019). Information governance: concepts, strategies and best practices (2nd ed.).  New Jersey: Wiley.

Panélistes

Siham Alaoui
CPI 2021 - Mardi 2 novembre - 11:30, Salle BAnQ